Formateur sous les projecteurs: Christophe Batan-Lapeyre

800 formateurs travaillent chez Kluwer Formations. Chacun a sa propre méthode de travail, mais ils partagent la passion du métier de formateur. Nous mettons chaque fois un formateur sous le feu des projecteurs et lui posons 4 questions bien précises.

 Christophe Batan-Lapeyre est un manager de transition possédant une vaste expérience en finance. Il dispense pour Kluwer Formations des formations en controlling et gestion financière à des experts et débutants. « Les formations sont un excellent moyen de transmettre la culture financière aux autres collègues comme les vendeurs. »

 

1. En tant que formateur, quelle est votre arme secrète ?

« Mes importantes bases théoriques et mon expérience. J’ai travaillé dans de grandes entreprises telles que Total, GDF Suez, Schneider Electric et KPMG, que ce soit comme CFO ou contrôleur. Une expérience que je continue d’utiliser pendant mes formations, en étayant leur contenu à l’aide d’anecdotes vécues, mais aussi de faits d’actualité. Ces parallèles me permettent de faire en sorte que la matière abordée soit concrète pour mon public et ne reste pas de l’ordre de l’abstrait. Un aspect qui revêt une importante valeur ajoutée, surtout pour les débutants. »

 

2. Qu’appréciez-vous dans votre collaboration avec Kluwer Formations ?

« Il s’agit d’une organisation très professionnelle qui m’apporte un soutien optimal. La communication s’y déroule sans encombre et tout le matériel didactique est toujours prêt à temps. Ils innovent en outre en permanence et j’apprécie énormément cette volonté de lancer de nouveaux produits. Kluwer Formations se profile comme un véritable leader sur le marché. »

 

3. Quel conseil, que l’on vous a un jour donné, donneriez-vous à d’autres formateurs Kluwer ?

« Une formation doit bien sûr comporter les connaissances à transmettre, mais aussi être agrémentée d’anecdotes et d’exercices. Je veille toujours à ce que les participants jouent un rôle actif. Deuxième conseil : essayez toujours de bien comprendre et contextualiser les questions des participants. Les gens font souvent référence à un contexte ou secteur bien précis. Le controlling prendra ainsi une tout autre forme selon qu’il concerne un hôpital ou l’industrie. Il faut tenir compte de cet aspect si vous voulez répondre correctement à la question qui vous est posée. »

 

4. Pouvez-vous évoquer une réaction d’un participant qui vous a permis de savoir que votre formation était réussie ?

« Je réagis toujours au feed-back des participants, qu’il se rapporte au contenu d’un document ou à mon style de coaching. Fort heureusement, la plupart des commentaires que je reçois sont plutôt positifs. J’essaie aussi toujours d’adapter mes propos aux participants présents, car ils doivent pouvoir appliquer ce qui se dit. Et je suis toujours ravi d’apprendre qu’ils y sont parvenus. »