INTERVIEW Lieven Van Belleghem

Plus de trente années de formations en matière de fiscalité.

Un millier de professionnels wallons de la banque et de l’assurance suivent chaque année ses formations à la fiscalité, et davantage encore en Flandre. Tous prennent également connaissance de son guide annuel ‘Un service fiscal pratique’ pour la banque et l’assurance. Nous nous sommes demandé à quelle source Lieven Van Belleghem puisait sa motivation à poursuivre la mise à jour de cette masse d’informations, et à en assurer la transmission.

Pourquoi avez-vous commencé à donner des formations à la législation fiscale?

Lieven Van Belleghem: En 1980, Roger Mertens, d’Argenta, qui dispensait lui-même des formations sur l’impôt des personnes physiques à son réseau d’agents, m’a demandé si je ne voulais pas en donner moi aussi. Argenta se préoccupait de la question parce que, en remplissant les déclarations fiscales des clients, les agents avaient l’occasion de mieux les servir et d’attirer de nouveaux clients. Et ils étaient ainsi en mesure de mieux repérer leurs besoins en matière d’épargne, de placements, d’emprunts et d’assurance.

En avril 1985, j’ai donc organisé pour la première fois une formule ouverte de formation fiscale. Soixante personnes y ont pris part. Au cours des années qui ont suivi, j’ai été demandé de plus en plus fréquemment par des banques et des compagnies d’assurances pour donner des formations à leur réseau d’agences, à leurs courtiers et agents et à leur personnel. Comme la demande devenait trop importante, j’ai décidé de donner essentiellement des formations en auditoire, ouvertes à toute personne du secteur.

Tous les professionnels de la banque et de l’assurance devraient-ils être des experts en matière de fiscalité?

Lieven Van Belleghem: Pas vraiment, non, mais personne ne peut plus contester que le courtier d’assurance ou l’agent de banque qui veut donner un conseil professionnel à sa clientèle doive posséder une bonne connaissance de l’impôt des personnes physiques et des règles fiscales applicables aux produits bancaires ou d’assurance qu’il vend. Dans les débuts, je me limitais à une formation générale de base. A présent, je vais sensiblement plus loin dans la matière et je traite en détail de la fiscalité des produits d’épargne et de placement, des crédits au logement et des assurances Vie. Les courtiers d’assurance ont besoin, en plus, d’un aperçu de la fiscalité des pensions complémentaires (assurances Groupe et EIP, PCLI) et des assurances Revenu garanti.

Et vous donnez également des formations sur les droits de succession et sur le planning successoral?

Lieven Van Belleghem: En effet car, que nous soyons ou non favorables à cette tendance, le professionnel de la banque et de l’assurance devient de plus en plus un conseiller financier, à qui il est demandé bien plus que de vendre simplement des produits. Il serait en effet irresponsable de faire souscrire à un client une assurance Vie (qu’il s’agisse ou non d’une assurance placement) sans prendre en compte les conséquences en matière de droits de succession. Je pense également ici à la controverse qui existe depuis plus de huit ans déjà sur le point de savoir si des droits de succession sont dus sur l’assurance Vie du veuf/de la veuve. Celui qui ne maîtrise pas la problématique risque de faire en sorte que son client paie trop de droits.

La formation la plus courue n’est-elle pas celle qui concerne l’actualisation annuelle de la matière?

Lieven Van Belleghem: C’est exact. En Flandre, elle fait l’objet chaque année de trois mille inscriptions. Un professionnel de la banque ou de l’assurance doit mettre ses connaissances à jour au moins une fois par an. J’entends parfois dire: ‘Je ne remplis pas de déclarations fiscales, donc je n’ai pas besoin de cette formation’. Or, au cours de cette formation, nous parlons de bien autre chose encore que de la nouvelle déclaration. Ces dernières années, on a consacré davantage d’attention à la fiscalité des crédits au logement et de l’assurance Vie ainsi qu’aux droits de succession sur les assurances Vie. Avec la sixième réforme de l’Etat et ses conséquences, entre autres sur les crédits au logement et sur les réductions d’impôt pour les assurances Vie et autres dépenses, personne ne devrait se permettre de manquer à l’appel.

Le manuel ‘Un service fiscal pratique’ est clairement très apprécié. En quoi se distingue-t-il des autres?

Lieven Van Belleghem: J’ai été employé durant six ans par la banque d’épargne Argenta dans une fonction commerciale. J’ai travaillé ensuite cinq ans au service d’une compagnie d’assurances dans une fonction de direction. Après avoir côtoyé professionnellement, des années durant, des courtiers d’assurance et des agents bancaires, j’ai pu prendre la mesure exacte de leurs besoins en matière fiscale. En comparaison avec d’autres dépenses, nous allons beaucoup plus dans le détail des questions de fiscalité des assurances Vie, de l’épargne-pension, des pensions complémentaires et des crédits au logement. Le manuel compte d’ailleurs plus de six cents pages.

Quels sont vos projets d’avenir?

Lieven Van Belleghem: J’aimerais poursuivre encore quelques années mes formations, mes cours et l’actualisation du manuel. Les formateurs, qui intervenaient déjà sur une base free-lance pour le compte de Van Belleghem Formations pour dispenser les matières de l’Analyse financière pour la banque et l’assurance, du Planning successoral et de la Fiscalité des pensions complémentaires, continueront à le faire. Il se fait aussi que Van Belleghem Opleidingen fait désormais partie de Kluwer Formations SA. Ensemble, comme nous l’avons fait par le passé, nous rencontrerons les nouveaux besoins de formation, qu’ils soient temporaires ou permanents. Songez par exemple à la formation aux règles nouvelles relatives aux boni de liquidation en 2013 et aux formations MiFID-Twin Peaks de 2014. Nous allons d’ailleurs nous concerter avec les associations professionnelles sur les besoins de formation de leurs membres et sur la manière dont nous pouvons répondre à ces besoins.

Toutefois, mon épouse Lutgarde Audenaert (avec qui j’ai lancé l’entreprise de formation Van Belleghem Training & Consulting) et moi-même avons passé le cap des soixante ans. Voilà pourquoi nous avons eu le souci d’assurer la continuité de nos formations et du manuel. Pour l’instant, je vais continuer à assumer moi-même la mise à jour du manuel. Si je devais décider à l’avenir de mettre progressivement un terme à cette activité, les fiscalistes de Wolters Kluwer pourraient la reprendre. Je souhaite en effet que tous les professionnels puissent continuer à être correctement informés de la fiscalité.